AFRICA INVESTMENT FORUM 2019

Africa Investment Forum (AIF), organisé par la Banque africaine de développement (BAD), se tiendra à Johannesburg (Afrique du Sud) pour une deuxième édition soutenue par la détermination des institutions du développement à relever les défis du financement des infrastructures afin d’accélérer la transformation économique du continent.

L’AIF se tiendra plus précisément les 11, 12 et 13 novembre 2019 à Johannesburg.

En effet, lors de sa première édition en 2018, l’AIF avait affiché une volonté de sortir des sentiers battus en matière d’investissements. Le Forum avait alors fourni des enseignements majeurs sur les résultats qui peuvent être escomptés lorsque les institutions multilatérales de développement et de financement décident de mettre leurs ressources en commun.

La volonté collective de s’attaquer de front au déficit annuel d’investissement dans les infrastructures en Afrique, estimé entre 130 et 170 milliards de dollars américains, a été pleinement affirmée lors de la cérémonie d’ouverture.

«La première édition de l’AIF a connu un niveau d’engagement extraordinaire. Les débats sont passés d’une discussion sur l’investissement au bouclage financier de certaines transactions. L’année 2019 redéfinira la perception des investisseurs à l’égard du continent africain», indique David Makhura, Premier ministre de la province sud-africaine de Gauteng, dont Johannesburg est la capitale.

Parmi les responsables des principales institutions partenaires figurent Patrick Dlamini, directeur général de la Banque de développement de l’Afrique australe ; Benedict Oramah, président de l’Africa Export-Import Bank ; Bandar M. H. Hajjar, président de la Banque islamique de développement, et Admassu Tadesse, président de la Banque de commerce et de développement.

Au nombre des partenaires fondateurs du Forum, figurent également Alain Ebobisse, directeur général d’Africa50, et Mallam Samaila Zubairu, directeur général d’Africa Finance Corporation.

Les défis du développement en Afrique nécessitent une réponse rapide, ambitieuse et déterminée. Sur les 20 pays dans le monde, qui ont le moins accès à l’électricité, 13 se trouvent en Afrique. Des investissements annuels de l’ordre de 43 à 55 milliards de dollars américains sont nécessaires jusqu’en 2030-2040 pour répondre à la demande et offrir un accès universel à l’énergie.

Le Forum de l’investissement en Afrique 2018 avait attiré 1 943 participants, représentant 87 pays, et avait réuni 400 investisseurs de 52 pays. Ce marché de l’investissement innovant rassemble des chefs d’État et de gouvernement, des promoteurs de projets, des fonds de pension, des fonds souverains et d’autres investisseurs institutionnels. Des décideurs, des sociétés de capital-investissement et de hauts responsables des ministères y participent.

La délégation sénégalaise sera conduite par le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Son Excellence Monsieur Amadou HOTT. Il fera son allocution aujourd’hui à Johannesburg.

 

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this