Yearly Archives: 2019

RENCONTRE AVEC LE SECRÉTAIRE D’ÉTAT DES SÉNÉGALAIS DE L’EXTÉRIEUR

CONVOCATION

Les Présidents des Associations Sénégalaises et des Dahiras basés en Afrique du Sud sont convoqués à une réunion avec Monsieur Moïse Diaré Diégane SARR, Secrétaire d’Etat des Sénégalais de l’Extérieur.

Cette rencontre est prévue le vendredi 24 mai 2019, à 10 heures précises à l’Ambassade du Sénégal sise à Pretoria.

Ordre du jour : 

– Prise de contact avec le nouveau Secrétaire d’Etat des Sénégalais de l’Extérieur,

– Divers

 

ETABLISSEMENT PASSEPORTS DIPLOMATIQUES

Ce message ci-dessous s’adresse uniquement aux détenteurs de passeports diplomatiques.

PRÉSENTATION LETTRES DE CRÉANCES AU ROI D’ESWATINI

Son Excellence Madame Safiatou NDIAYE, Ambassadeur du Sénégal en Afrique du Sud, a présenté ses lettres de créances le 09 mai 2019 à Sa Majesté Mswati III, Roi de d’Eswatini.

L’occasion a été saisie par Madame l’Ambassadeur pour magnifier l’excellente relation qui existe entre le Sénégal et le Royaume d’Eswatini et un accent tout particulier a été mis sur le développement de la coopération économique entre les deux états.

Sa Majesté, qui a beaucoup apprécié ce rapprochement diplomatique, a accepté l’invitation du Sénégal et se rendra très prochainement à Dakar dans le cadre d’une visite officielle.

L’ANC REMPORTE LES LÉGISLATIVES EN AFRIQUE DU SUD

Le Congrès National Africain (ANC) a remporté les élections législatives, selon les résultats provisoires publiés après le dépouillement de plus de 95 % des bureaux de vote.

Selon les résultats provisoires, l’ANC a remporté 9,1 millions de votes, soit 57,7 % des suffrages.

Le score obtenu par le parti est en baisse de près de cinq points par rapport à ses résultats aux législatives de 2014.

Elu par les députés, le chef de l’Etat, Cyril Ramaphosa, devrait être investi pour un nouveau mandat dès le 25 mai.

L’Alliance Démocratique (DA), le principal parti d’opposition, est arrivé en deuxième position avec 20,6 % des voix, en baisse par rapport à ses résultats (22,2 %) en 2014.

Les Combattants pour la Liberté Economique (EFF), dirigés par Julius Malema, occupent la troisième place, avec une forte progression, passant de 6,35 % en 2019 à 10,5 % au scrutin de mercredi.

Vainqueur de toutes les élections post-apartheid, l’ANC a vu sa popularité plonger sous le règne émaillé de scandales de l’ancien président Jacob Zuma (2009-2018).

Aux élections locales de 2016, le parti avait enregistré le pire score de son histoire, avec 54 % des voix au niveau national.

(publié par BBC News Afrique)

RAMADAN 2019

ÉLECTIONS GÉNÉRALES SUD-AFRICAINES DE 2019

Les élections générales sud-africaines de 2019 ont lieu le 8 mai 2019 afin d’élire les membres de l’Assemblée Nationale de l’Afrique du Sud, ainsi que ceux des assemblées provinciales des neuf provinces du pays. Il s’agit des sixième élections depuis la fin de l’apartheid en 1994.

L’Assemblée Nationale procède peu après son élection à celle du président de l’Afrique du Sud, élu au scrutin indirect pour cinq(5) ans. Le président sortant Cyril Ramaphosa, à la tête du Congrès National Africain au pouvoir est candidat à sa réélection. Son prédécesseur, Jacob Zuma, a démissionné de ses fonctions le 14 février 2018 et ne pouvait pas être candidat pour un troisième mandat, la Constitution Sud-Africaine limitant à deux ceux du président.

Mode de scrutin

La chambre basse du parlement bicaméral de l’Afrique du Sud, dite assemblée nationale, est composée de 400 sièges pourvus tous les cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal avec listes bloquées, à raison de 200 sièges répartis dans neuf circonscription électorales de 4 à 43 sièges correspondant aux neuf provinces du pays, en fonction de leur population, et de 200 sièges restants à pourvoir dans une circonscription nationale unique. Les résultats en pourcentages de voix donnent lieu à une répartition des sièges à la proportionnelle, sans seuil électoral, selon la méthode du plus fort reste et quotient de Droop, puis selon la méthode de la plus forte moyenne pour les éventuels sièges restants.

Les électeurs, âgés de plus de dix huit ans, votent sur un bulletin unique pour le parti de leur choix. Les partis ont la possibilité de présenter une liste nationale ainsi que des listes pour les provinces, dites listes régionales, ou bien uniquement ces dernières. Dans ce cas, le total de sièges obtenu par le résultat d’un parti au niveau national peut être supérieur à celui obtenu par ses seules listes régionales. Des sièges sont alors pris dans le total des sièges nationaux pour être attribués à des candidats des listes régionales, de sorte que la répartition finale peut être différente du ratio 200/200.

Les assemblées des neuf provinces sont composées de 30 à 80 sièges, pourvus selon le même mode de scrutin proportionnel à listes bloquées. Leurs membres élisent à leurs tour pour cinq ans les exécutifs des provinces, ainsi que les membres de la chambre haute du pays, le Conseil national des Provinces à raison de dix conseillers par province, dont obligatoirement le président provincial.

Contexte

L’Afrique du Sud est dans une situation économique difficile : le chômage s’élève à près de 28 %, la croissance est faible et les inégalités raciales toujours importantes malgré la fin de l’apartheid. Le nouveau président Cyril Ramaphosa qui a remplacé en décembre 2017 Jacob Zuma, empêtré dans un scandale de corruption, a mis l’accent sur le redressement économique du pays, première puissance industrielle de l’Afrique.

Lors des élections municipales sud-africaines de 2016, l’ANC avait reçu 55 % des votes, soit un net recul par rapport à ses scores habituels. Les scandales liés à Jacob Zuma ont été mis en avant pour expliquer ce chiffre, et les sondages donnent près de 62 % des intentions de vote à l’ANC depuis son départ.

 

CÉLÉBRATION DE LA FÊTE DE PÂQUES

PASSATION DE SERVICE AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES SENEGALAIS DE L’EXTERIEUR

CEREMONIE DE GRADUATION DU PROGRAMME POWER AFRICA’S YOUNG WOMEN IN AFRICAN

Ce mercredi 7 avril 2019, Son Excellence Madame Safiatou NDIAYE, Ambassadeur du Sénégal, a pris part à la cérémonie de graduation du Programme Power Africa’s Young Women In African Power Leadership, au cours de laquelle notre compatriote Fatou NDIAYE a été primée.

  Power Africa Est un partenariat dirigé par le Gouvernement américain et coordonné par l’USAID, qui vise à doubler l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne d’ici 2030.depuis deux ans, Power Africa s’est joint au Young African Leadership Initiative (YALI) pour soutenir le développement de carrière d’une nouvelle génération de femmes leaders dans le secteur de l’énergie, en mettant l’accent sur les compétences fondamentales en leadership, l’efficacité des entreprises et la gestion publique.

  Fatou NDIAYE, Docteur en Energie Solaire et Systèmes électriques, enseignante vacataire et chercheure à l’Université de Gaston Berger, fut la seule représentante du Sénégal parmi 37 autres femmes de 19 nationalités africaines prenant part au programme. Elle a reçu tous les honneurs ainsi que les félicitations de Madame l’Ambassadeur.

LE NOUVEAU GOUVERNEMENT : UNE ÉQUIPE DE 32 MINISTRES ET 03 SECRÉTAIRES D’ETAT

Dakar, 7 avr (APS) – Le nouveau gouvernement, compte 32 ministres et 3 secrétaires d’Etat. Le chef du gouvernement a évoqué ’’un élan nouveau, des visages nouveaux, davantage de femmes, davantage de jeunes, mais c’est également le Sénégal de tous qui est en marche’’, avec le chef de l’Etat « en contact direct avec le pouls’’ des régions.

Voici la liste du gouvernement : 

Me Sidiki Kaba, ministre des Forces armées

Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur

Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Finances et du Budget 

Amadou Bâ, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur

Me Malick Sall, garde des Sceaux, ministre de la Justice

Mansour Faye, ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale

Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et des Energies

Mariama Sarr, ministre de la Fonction publique et du Renouveau du service public

Me Oumar Youm, ministre des Infrastructures terrestres et du Désenclavement

Amadou Hott, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération 

Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l’Action sociale 

Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural

Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’Assainissement 

Ndèye Sali Diop Dieng, ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants

Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des Transports aériens

Aminata Mbengue Ndiaye, ministre des Pêches et de l’Economie maritime

Mamadou Talla, ministre de l’Education nationale

Oumar Guèye, ministre des Collectivités territoriales et de l’Aménagement du territoire

Cheikh Oumar Hanne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Moustapha Diop, ministre du Développement industriel et des Petites et moyennes industries

Abdou Karim Sall, ministre de l’Environnement et du Développement durable 

Sophie Gladima, ministre des Mines et de la Géologie

Matar Bâ, ministre des Sports

Samba Ndiobène Kâ, ministre de l’Elevage et des Productions animales 

Samba Sy, ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions

Abdou Karim Fofana, ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique 

Aminata Assome Diatta, ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises 

Abdoulaye Diop, ministre de la Culture et de la Communication

Néné Fatoumata Tall, ministre de la Jeunesse 

Zahra Iyane Thiam, ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale solidaire

Dame Diop, ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat

Ndèye Tické Ndiaye Diop, ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications

Moïse Diégane Sarr, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur chargé des Sénégalais de l’extérieur

Mamadou Saliou Sow, secrétaire d’Etat auprès du garde des Sceaux, ministre de la Justice, chargé de la Promotion des droits humains et de la Bonne gouvernance

Mayacine Camara, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, chargé du Réseau ferroviaire

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this